Anvers: terre d'accueil des Bruxellois

Ces cinq dernières années, l’immobilier « plus abordable », notamment, a déjà poussé quelque 3.500 Bruxellois à migrer vers Anvers

Jamais Anvers n'avait attiré autant de Bruxellois qu’aujourd’hui. En 2017, ils ne sont pas moins de 810 à s’être installés dans la cité scaldienne, soit près d’un tiers en plus qu’il y a cinq ans. Les investisseurs bruxellois se ruent sur l’immobilier anversois, pour la simple raison que son « marché locatif est intéressant ». Il est clair que l’emploi portuaire agit comme un aimant sur un nombre croissant de Bruxellois, mais les prix des appartements exercent aussi un certain attrait. Ils sont en effet en moyenne 14% inférieurs à ceux de la capitale. C’est ce qui ressort d’une étude de marché du promoteur immobilier Immpact, l’un des plus importants à Anvers.

Anvers n'a jamais attiré autant de Bruxellois que ces cinq dernières années : ils sont 3.581 à y avoir acheté un bien sur cette période. Concrètement, ils sont 810 Bruxellois à avoir déménagé à Anvers en 2017. C’est près d’un tiers (28,8%) de plus qu’il y a cinq ans (629). Inversement, de moins en moins d’Anversois font le chemin inverse : de 668 en 2015, on est passé à 625 en 2017.

Bref, depuis 2013, c’est en moyenne une cinquantaine de Bruxellois en plus chaque année qui abandonnent la capitale pour s’installer dans la ville portuaire. Pour la première fois, les experts s'attendent cette année à ce qu’un millier de Bruxellois prennent leurs quartiers à Anvers.

Plus surprenant encore : une part importante des investisseurs immobiliers à Anvers ne sont pas pris en compte dans ce chiffre. Selon le promoteur immobilier Immpact, qui a basé son analyse de marché entre autres sur les dernières statistiques de l’Institut bruxellois de statistique et d'analyse (IBSA), ils sont rapidement passés à quelques centaines par an et leurs rangs grossissent rapidement.

« Les Bruxellois ont clairement pris le chemin d’Anvers. Sur le marché immobilier, on voit bien qu’Anvers attire autant les occupants que les investisseurs. La croissance est très marquée dans la seconde catégorie. »

Philippe Janssens, CEO d’Immpact

Immobilier abordable

Les quartiers revalorisés et les logements abordables font partie des principales raisons de l’attrait d’Anvers. En 2018, le prix moyen d’un appartement à Anvers était de 206.890 euros. Par contre, en Région de Bruxelles-Capitale, il fallait débourser 240.250 euros, soit 16% de plus. Les prix sont même 40% supérieurs pour les maisons et les villas : 452.721 euros pour une maison d’habitation à Bruxelles contre 275.784 euros à Anvers.

« Ces dernières années, la ville d’Anvers a investi des millions d’euros dans le redéploiement de nouveaux quartiers résidentiels. ‘t Eilandje et Damwijk par exemple étaient au départ des quartiers pauvres, industriels, tombés en désuétude. Aujourd'hui, ce sont de véritables pôles d'attraction, surtout pour les nouvelles constructions. Cela n’a pas échappé aux Bruxellois. »

Philippe Janssens, CEO d’Immpact

Emploi

Outre l’immobilier intéressant, l’emploi est un facteur important dans la migration des Bruxellois vers Anvers. D'après les derniers chiffres de Steunpunt Werk en Economie, 12.129 entreprises ont vu le jour à Anvers de 2012 à 2016. Au total, 6.354 nouveaux emplois ont également été créés en quatre ans à Anvers. À titre de comparaison, 13.000 emplois ont été supprimés sur la même période dans la capitale.

« L’emploi est une raison majeure de quitter Bruxelles pour Anvers, mais cela ne s'arrête pas là. L'habitat plus abordable joue aussi un rôle important. » 

Philippe Janssens, CEO d’Immpact

Le tout nouveau projet de logement Doktoren, dans le quartier anversois Eilandje, à côté du parc Spoor Noord, est un bel exemple de projet qui attire de nombreux Bruxellois. La construction du complexe de logements (154 unités d’habitation) vient seulement de débuter, mais le promoteur Immpact constate qu’il suscite déjà l’intérêt des Bruxellois. Cela s’explique notamment par l'attrait du quartier, qui a subi une véritable métamorphose ces dernières années. À des prix démarrant à 200.000 euros, les appartements du Doktoren attirent aussi bien les investisseurs souhaitant les mettre en location que ceux voulant y habiter parce qu’ils travaillent dans le quartier. Les premiers occupants devraient emménager fin 2020, dont quelques Bruxellois.

 

TABLEAU : nombre de Bruxellois qui se sont installés à Anvers

Année

Nombre

2017

810

2016

752

2015

739

2014

651

2013

629

Contactez-nous
Philippe Janssens CEO, Immpact
Philippe Janssens CEO, Immpact